Le club d’éducation globale

Comment on fait ce qu’on fait

 « Les jeunes vivent dans un monde multiculturel et sont exposés, de façon régulière, à des cultures, des religions et des idées qui diffèrent des leurs. Les médias leur montrent des images de la pauvreté, la souffrance et la guerre à tous les jours. Les jeunes d’aujourd’hui sont plus sensibilisés et plus informés que toute autre génération qui les a précédés. Que faut-il faire avec cette génération? Faut-il leur apprendre à être des spectateurs passifs en leur faisant croire qu’ils ne peuvent rien faire avant d’être plus grands? Ou bien, faut-il leur donner l’opportunité de réagir aux souffrances qu’ils voient et les enseigner à devenir des citoyens du monde actifs faisant preuve de compassion envers les autres? »  Craig Kielburger—fondateur (lorsqu’il était enfant) de l’organisation des jeunes « Kids Can Free the Children », Canadian Living, avril 2003.
 

Le premier pas
Pour démarrer, ça prend un adulte (ou plus) qui aime le monde et les enfants. Ça m’intéressait parce que j’avais déjà fait du bénévolat dans un pays en développement et il y avait deux autres membres du personnel qui en avaient fait aussi. Il y avait également deux enseignants qui étaient plus intéressés par l’aspect environnemental. D’autres encore appuyaient le projet parce qu’il promouvait des valeurs de base partagées par toutes et par tous: la compassion, la justice et l’égalité. Donc, à la base, ça prend un ou plusieurs adultes qui s’intéressent à apprendre en travaillant avec des enfants bénévoles enthousiastes.

 

Exemples de projets
Au début de l’année, on fait un remue-méninges sur les problèmes du monde et les façons dont on pourrait aider. Nous faisons un « carnet de route » brouillon des projets que nous voulons faire dans l’année, en les plaçant en fonction des journées internationales clés (par exemple, une campagne de collecte d’aliments pour la Journée mondiale de l’alimentation qui a lieu en octobre). En général, nous évitons d’organiser des activités pendant les périodes de l’année les plus stressantes, comme le temps des fêtes et la fin de l’année scolaire. Nous planifions des activités qui sont tantôt basées sur la sensibilisation (ex. une discussion avec une invitée qui vient nous parler de l’Islam), tantôt basées sur l’action (ex. une vente de pâtisseries maison pour ramasser de l’argent pour les espèces menacées de disparition). Nous essayons aussi d’avoir un équilibre entre les activités de collecte de fonds et d’autres sortes d’activités comme celle de promener les chiens pour la SPCA locale, par exemple. Lorsque nous faisons des dons d’argent, c’est parfois pour des organisations locales et parfois pour des organisations nationales ou internationales. Nous nous rappelons toujours que les enjeux et les besoins sont étroitement liés à tous ces niveaux.

 

L’âge des membres
Notre école va de la maternelle à la 8e année. Les élèves de sept ans et plus ont tout ce qu’il faut pour résoudre les problèmes du monde ensemble et ils aiment bien le faire. Quand je mettais le club en place, j’ai choisi d’inviter les élèves à partir du niveau juste au-dessus de celui que j’enseignais (donc les 2e années et puis les 3e années) parce que sinon je savais que ma classe entière aurait voulu participer au club et ça aurait été trop! (Pour compenser, je faisais des projets à part avec ma classe.) Donc, en général, ce sont les enfants entre la 3e et la 6e année qui s’impliquent les plus.

 

Présence facultative
La participation des élèves est toujours facultative. Si seulement un élève se présente, c’est correct. S’il y en a 30, parfait. Comme ça, ce ne sont que ceux qui veulent vraiment participer qui s’impliquent. Aussi, les élèves peuvent ainsi participer aux autres activités offertes de temps en temps par l’école.

 

Combien de membres
Il n’y a jamais eu de quota concernant le nombre de membres dans le club, et le nombre peut changer au courant de l’année. D’habitude, il y a environ 10 à 30 personnes qui sont impliquées à un moment donné. Pendant deux ans, le groupe était très restreint et ne comptait que 5 ou 6 membres; c’était presque un club fermé. Cependant, ces enfants travaillaient ensemble de manière si brillante que ça valait la peine de garder le groupe ainsi. Il y a d’habitude un noyau d’enfants très engagés et d’autres qui viennent juste de temps en temps.

 

Qui sont les membres?
Les années où notre école n’a pas de programme pour les enfants doués, ce sont souvent ces enfants qui sont les plus attirés vers le club. Ils sont très contents d’avoir cette opportunité d’élargir leurs horizons et de développer leur créativité et leurs habiletés de leadership.  Les années où il y a un programme pour les élèves doués, le club est plus varié et ce sont tant les élèves doués que les élèves moyens et des enfants qui ont bien des qualités et talents mais ne réussissent pas toujours bien sur le plan scolaire qui participent. Il arrive souvent que des enfants avec des besoins spéciaux à qui j’ai déjà enseigné se joignent aussi au club.

 

À quelle fréquence?
Nous nous réunissons une fois par semaine, pendant la récréation du midi (qui dure une demi-heure). Avant, cette récréation durait 40 minutes alors les réunions n’avaient lieu qu’aux deux semaines. Les réunions devraient avoir lieu assez souvent pour que les élèves restent motivés et à une fréquence appropriée pour l’horaire chargé des enseignantes.

 

Notre façon de travailler ensemble
Un des aspects les plus agréables du groupe est notre façon de travailler ensemble. Nous, les adultes qui aidons le groupe, n’enseignons pas et ne dirigeons pas; nous animons. Toutes les décisions sont prises en groupe. Nous nous assoyons en rond, nous partageons les idées et nous prenons les décisions ensemble. Nous apprenons ensemble et nous partageons aussi aux autres ce que nous avons appris. La planification, la réalisation et l’évaluation de toutes les activités se font en groupe. Les adultes contribuent en indiquant quels projets sont possibles étant donné le temps et les ressources à la disposition du groupe. Les enfants apprennent de façon active.

 

L’appui des adultes
Depuis le début, il y a une enseignante principale qui anime le club et elle a parfois été la seule adulte. C’est parfois plus facile ainsi, puisque cela veut dire qu’il n’y a qu’un style de leadership. Il y a aussi eu d’autres enseignants qui se sont joints au groupe pour des périodes d’une ou deux années, ce qui apporte au groupe une plus grande diversité d’idées et de perspectives et une autre sorte d’énergie. Parfois les deux adultes travaillent ensemble sur tout et parfois chacun prend un rôle précis (l’un coordonne le projet de recyclage et l’autre coordonne les autres projets, par exemple). Il n’y a jamais eu plus de deux enseignants dans le club en même temps.

 

Participation facultative pour le reste de l’école
Les autres élèves et membres du personnel sont invités à participer aux projets du club (dans les activités de la Journée internationale de la lutte contre le racisme, par exemple). Le but est que tous les membres de l’école—le personnel, les élèves et les parents—ainsi que les membres de la communauté, soient sensibilisés et impliqués. Cependant, les enseignants ont le choix, bien entendu, selon qu’ils aient le temps ou le désir, de participer ou non. Les enseignants sont d’un grand soutien au club et le sont davantage parce qu’ils sont libres de choisir le moment et la manière de participer avec leurs élèves. Deux exemples d’activités auxquelles ils peuvent participer sont la campagne de collecte d’aliments et la vente de livres usagés.

 

La reconnaissance
Les élèves ont la même reconnaissance que pour les autres clubs et équipes de l’école—c’est-à-dire une photo de groupe et des prix à la fin de l’année. Leurs réussites sont aussi documentées chaque mois dans le bulletin de l’école et un résumé en est donné aux autres enseignants de la région dans le bulletin annuel du district scolaire. Mais les récompenses les plus importantes sont intrinsèques. Les élèves font ce qu’ils font parce qu’ils aiment aider le monde et parce que cela leur donne un grand sentiment d’autonomie.

 

Les médias
Nous informons le journal local de nos projets de façon régulière. Puisque nos objectifs tournent autour de « la sensibilisation et l’action » il est important non seulement de sensibiliser notre communauté scolaire mais aussi la communauté plus large. Suite à leurs réussites, les membres du club ont ainsi eu plusieurs nominations de prix pour souligner leur travail et en ont gagné plusieurs d’autres. 

 

L’approbation des adultes
Il arrive parfois que les adultes ne soient pas certains, au début, de ce qu’implique « l’éducation globale »—et qu’ils ne soient pas certains de vouloir l’appuyer. Parfois les parents et les autres enseignants voient l’éducation globale comme étant trop basée sur des valeurs précises, c’est-à-dire quelque chose qui devrait être fait à la maison et non à l’école. Il y a aussi certains parents qui croient qu’il faut s’occuper de notre propre communauté plutôt que d’aider des gens qui habitent à l’autre bout de la planète. 

Ce qui a aidé dans notre école, c’est que tout le personnel a pris l’engagement de se renseigner au sujet de l’éducation globale de façon méthodique pendant une année avant d’embarquer les élèves et les parents dans le projet. Au fil des années, notre école a créé une culture basée sur la compassion, et a reconnu l’importance d’éduquer nos élèves en tant que citoyennes et citoyens du monde. Un autre facteur qui nous a aidés, c’est que notre district scolaire a décidé de participer au programme du Club Lions, Quest Skills for Growing qui inclut l’engagement de faire un projet de service. Notre école entière a donc épousé cette idée et a décidé de continuer le projet par la suite.
 

Le personnel de l’école, les parents et les élèves sont sensibilisés de manière constante et discrète. Par exemple, lorsqu’on fait l’annonce à l’interphone trois jours de suite qu’il y aura une vente de livres usagés pour amasser des fonds pour planter des arbres en Afrique, tout le monde dans l’école est tout de suite sensibilisé à l’enjeu (la déforestation) et à la solution (recyclage et reboisement). La communauté en est informée par un communiqué bref aux parents et un court message dans le bulletin communautaire. C’est simple, discret et facilement appuyé par les adultes et les enfants. Nous nous assurons de faire des activités tantôt au niveau local, tantôt au  niveau international, et d’aider les gens à comprendre que lorsque nous aidons des gens à planter des arbres en Afrique, par exemple, nous participons aussi à l’amélioration du milieu terrestre en ce qui concerne l’air et l’eau. C’est donc un geste qui a un effet bénéfique sur nous tous.

Il y a donc de moins en moins d’hésitation par rapport à nos activités et plusieurs autres enseignants ont entrepris des projets formidables avec leurs élèves, au-delà des activités du club d’éducation globale.

 

Motivation
Il est normal qu’il y ait des hauts et des bas en ce qui concerne le niveau de motivation—celui des élèves et celui des enseignantes. Il y a donc eu des périodes où notre club s’est réuni moins souvent, pour reprendre le débit un mois ou deux plus tard. Il y a aussi eu des moments où les activités du club se sont arrêtées à cause de grèves du zèle des enseignants lors de négociations contractuelles difficiles. Les enfants et moi nous ennuyons beaucoup du club pendant de telles pauses et sommes pleins d’énergie et très engagés lorsque nos activités reprennent par la suite.

Mon implication dans le club d’éducation globale me donne beaucoup d’énergie et m’aide à surmonter les autres défis qui font partie de mon travail. L’enthousiasme et l’optimisme qui animent les enfants sont à la fois des attitudes contagieuses et encourageantes. Je suis fière de notre club et de tous les élèves qui y ont participé au fil des années. Je suis fière de l’appui et de l’encouragement reçus des autres enseignants, des administratrices, des parents et des autres élèves. Je suis également fière de tout ce que j’ai la chance d’apprendre avec ces enfants qui font preuve de tant de compassion, de créativité et de dévouement.      

 


Pourquoi a-t-on créé le club d’éducation globale?

Quels sont les problèmes mondiaux?

Notre façon de faire

Des centaines de projets

Tout le monde nous aime!

Une année typique

Les journées spéciales

Les droits humains

Contre le racisme

Des organisations de bienfaisance

Les collectes de fonds

Recycler, c’est facile $

Opportunités

Ressources



page d’accueil

Ce site Web a été créé
par Kitty Cochrane.

Courriel: kittyc @ fmpsd . ab . ca
ou: kitty co @ shaw. ca
(
Enlevez les espaces avant d'envoyer le courriel. L'écrire comme ceci
réduit la quantité de pourriel (spam) que je reçois!)

Visitez les autres sites de Kitty:  www.kittycochrane.com